Une nouvelle saga qui fait des émules, sans doute pour sa richesse en termes de réalisation, jouabilité, musicalité, mais également pour son pitch général, son orientation scénaristique qui va alimenter la majeure partie des opus qui la composent. Certes pour chacun d'entre eux les avis divergent, allant du fanatique inconditionnel au détracteur "cétaitmieuxavantiste", en passant par le défenseur intangible d'un épisode en particulier (inutile de préciser lequel est majoritairement élu). Passés ces contrastes de formes, il ressort un fil conducteur propre à la religion de ce RPG, parfois masqué et d'autres fois complètement évident. Encore une fois il s'agit ici de faire jaillir au minimum cette essence, de dégager l'embryon final fantasy que ses déclinaisons pointent sans jamais énoncer clairement. FF8Title